samedi 17 février 2007

Harrison Begay

N'est il pas magnifique?





Considéré par beaucoup comme le doyen des artistes traditionnels Navarro, Harrison Begay est né en novembre 1917 dans l'Arizona. Il a grandi dans une famille qui élevait des moutons et des chèvres pour se nourrir. Il y avait un poste de commerce célèbre à Canyon Keams, au nord de sa maison, où des familles Navarro négociaient la laine contre des produits alimentaires et des produits finis. La plupart de ce qui était nécessaire à la famille des Begay a été trouvé sur leur propre terre.
à huit ans Begay quitte la maison pour une pension. C'est alors qu'il entend parler anglais pour la première fois. Il revient chez lui un an plus tard. en 1934, à dix-sept ans, il entre à l'école indienne de Santa Fe qui venait d'être fondée par Dorothy Dunn et Geromina Montoya.
En seulement cinq ans d'internat (1932-1937), Dunn a créé un programme d'enseignement d'art à l'école qui s'avèrera finalement être une influence majeure sur des jeunes artistes indiens incluant Begay et ce sur presque trois générations. Avant les écoles d'art Navarro n'avaient aucune tradition tribale de peinture. Les artistes comme Begay ont adopté le style appris par l'école qui a finalement été reconnu comme le "Studio Style."
En 1936, un étudiant de Dunn, Begay peint la "Course de chevaux Navarro". Il vend son œuvre la même année à Charles Mc C. Premier magistrat pour 12$. Il est maintenant dans la collection du Musée du Sud-ouest à Los Angeles.
Begay a terminé ses études à Santa Fe en 1939 et a étudié plus tard l'architecture au collège de Black Mountain en Caroline du Nord avec une bourse de la Commission indienne. Il a servi comme fresquiste dans le "Works Projects Administration", un programme majeur qui a embauché des artistes pour créer des travaux publics pendant la Dépression. Bien que l'on ne connaisse pas l'emplacement de ces peintures murales, commençant en 1939, Begay a aidé à peindre les peintures murales célèbres que l'on peut toujours voir au poste de Commerce de Maisel dans l'Albuquerque, au Nouveau Mexique.
Harrison servi pendant trois ans dans l'armée de terre des Etats-Unis en Europe et l'Islande pendant la Deuxième Guerre mondiale. En retournant à la vie civile il a pris le nom Navarro Haskay Yahne Yah "au Guerrier qui s'est approché de son ennemi". Il vit de son art depuis.
En 1946 Begay a reçu une récompense financière lors de la première compétition Annuelle de peinture indienne au Musée Philbrook d'Art à Tulsa, dans l'Oklahoma. Pendant les années 50 Begay monte les "Tewa Entreprises" à Santa Fe pour promouvoir et vendre les reproductions des œuvres d'artistes Navarro.
Durant son enfance et son adolescence passées dans la réserve, Begay n'avait pas connaissance de son héritage religieux et cérémonial. Pendant les années 50, en cherchant un nouveau stimulus créateur, il a consulté un livre sur des légendes Navarro de l'artiste Don Perceval. Cela a attisé sa curiosité pour les cérémonies Navarro traditionnelles, qui sont devenues le sujet de ses peintures.
Une des conséquences malheureuses de la lutte de Begay contre l'alcoolisme a été la nécessité de vendre son travail bien loin de sa valeur pour répondre aux besoins immédiats d'argent avec pour effet de faire chuter la côte de toute son œuvre pendant des années. Malgré cela Begay reste mondialement reconnu. Il a gagné beaucoup de récompenses y compris une spéciale du gouvernement français en 1954 pour ses contributions à l'art.
Il a gagné des récompenses en 1967, 1969 et 1971. Son œuvre est présente dans quasi-totalité des expositions et publications d'art Indien, dans les collections permanentes de musées majeurs partout dans le monde, y compris le Musée d'Art Moderne et le Musée de l'Indien d'Amérique de New York et à Los Angeles. En 1990 Begay a été invité au Japon pour montrer son œuvre. Il a emmené 45 créations et les a vendues en trois semaines.
Son travail a été comparé à celui de Bucklew, ce qui peut expliquer sa popularité au Japon. En 1995 Begay a reçu le "Native American Masters Award" du Musée Heard à Phoenix.
Maintenant octogénaire, Harrison peint toujours quelques heures par jour malgré sa mauvaise vue. Il vit àGreasewood, dans l'Arizona, près de son lieu de naissance.


Celui là est à moi !!!! Il y a l'homme et la femme (je ne devrai pas tarder à avoir le 2ème, enfin j'espère !!) comme souvent lorsqu'il peint des danseurs. je pense qu'il fait la danse du dreamcatcher (attrapeur de rêves, plus exactement chasseur de cauchemars), mais ça reste à vérifier... Cependant ce qu'il tient dans ses mains ressemble à s'y méprendre à des Dreamcatchers...

2 commentaires:

Claudiogène a dit…

Mais, comment peut-on dégoter ce peintre et cet article ? Il faut être de la famille, c'est pas possible.

Sijavéssu a dit…

mdrrrr Claudio :))