mardi 30 décembre 2008

Bêtisier Mix



Il est de "coutume" dans les programmes TV de mettre en chaque fin d'année les bêtisiers glanés de ci de là...
Eh bien voici ma sélection perso...

Ma préférée


Parce qu'un bêtisier sans parler du kékéboy, ça serait un ciel sans nuages...
pour les gourmands que vous êtes, une petite "kékéboyade": « Je n'avais trouvé que cette excuse pour ne pas montrer aux Niçois et aux Niçoises mon désarroi face aux manœuvres épouvantables que certains avaient ourdi pour me barrer la route. » Patrick ALLEMAND, Premier Secrétaire Fédéral du Parti Socialiste 06, expliquant pourquoi il avait donné une fausse raison – le cumul des mandats – pour justifier son retrait dans la course à l'investiture socialiste pour les élections municipales de 2001, paru dans le Nice Matin 10 septembre 2004... C'est marrant, 4 ans après le faux problème du cumul est toujours d'actualité, mais ne sert plus pour le faire démissionner d'aucun mandat...
Pour illustrer, rien à faire, entre les Moot-Moot, La Minute du Peuple et Samantha Oups, c'est une fois de plus cette dernière que je choisis, je les trouve si proches ces deux là :)

Samantha Kéké



Chats



Roumanoff

jeudi 25 décembre 2008

We wish U...


"Quand le gros maigrit, le maigre meurt..." proverbe africain...

Malgré une crise qui touche quand même de nombreux foyers, Noël reste une fête que chacun tente, à sa façon, avec ses moyens, de rendre aussi belle, aussi féerique et conviviale que possible... petit moment privilégié où les hommes s'offrent leur générosité en espérant, ou pas, celle de leurs proches...
Au delà du coté cradement commercial qu'a pris cette manifestation, Noël, pour moi c'est avant tout et surtout de la magie, une brèche dans le temps où tout devient possible...
Alors, je vous souhaite @ tous un Joyeux Noël !!!!
Un p'tit clip plein de vitalité


Un autre plein de nostalgie

mardi 23 décembre 2008

Blog comateux...





Je sais, je sais...
Les orages à répétition ont eu raison de mon alim, pourtant bien vaillante et de ma carte ethernet... ce n'est pourtant pas faute de faire gaffe hein... peut-être devrais-je ne plus faire gaffe justement...?
Le fait est que mon PC a été temporairement indisponible et par conséquent toutes mes activités sur la dite machine...
Et Noêl, oblige, petite coupure familiale, je n'ai matériellement pas le temps de finir les posts en attente... notamment sur le ciné et sur quelques book dont je voudrais parler... ce sera pour la semaine prochaine...
Donc, patience... Comme on dit, la lumière est au bout du tunel...
En attendant, une petite devinette ? Comme d'hab, ceux qui savent gardent la réponse pour eux...
Quelle est la fréquence des rapports sexuels chez l'homme? (tous âges confondus, je précise...)



Et pour mettre un peu de couleur dans ce post somme toute infiniment pauvre, un petit clip bien sympa que j'aime vraiment beaucoup (merci PtiLu)...



mardi 16 décembre 2008

En tracts musicaux... 3


Et le dernier c'est... Britney Spears... voui !!
On a entendu tout et... bah... tout sur cette pauvre Britney durant ces dernières années... pas particulièrement fan ni du genre ni de la nana, je ne peux m'empêcher de me dire que la traversée de son désert a du être méchamment violente... pas de quoi devenir fan non plus hein... non ce titre est tout simplement la matérialisation du bug qui cohabite avec ma raison depuis toujours... c'est mon coté ultra populaire et pourée mais j'adore !! mouarf !!
Bon je passerai très vite sur le clip ultra méerdique, la miss a récupéré ses formes (enfin elle en a perdu plus exactement) donc welcome back la nudité... ça rien à faire ça me gave prodigieusement !! Surtout qu'elle est suffisamment mignone pour ne pas avoir besoin de genre d'artifices à la noix... mais bon... ça fait vendre... pis elle doit penser qu'elle est provoc' en faisant ça... mouarf mouarf, je me gausse...
La zik par contre, ça pulse, ça bouge, ça réveille, la mélodie me plait, la voix aussi, c'est simple mais efficace et j'aime... faut pas chercher plus loin...

En tracts musicaux... 2


Le deuxième morceau c'est le dernier titre de Zaho, frangine ou cousine de rap de Diam's mais dans un style un chouia différent...
Là aussi, une chanson très populaire, une mélodie beurk beurk beurk et pourtant...
Dans la voix de Zaho, je retrouve des intonations de la grande Tina Turner, si, si !! Et puis j'aime beaucoup les variations vocales qui sont assez réussies... coté paroles, idem c'est pas le top, sauf que c'est une chanson dédiée à l'Algérie que la miss a du quitter précipitamment... donc forcément, ça fait un petit quelque chose aux tripes... en tous cas moi... pour les amoureux de la langue algérienne voilà le refrain (les autres no panique y a la trad):

Kif’n’dir, kif’n’dir, kif’n’dir, kif’n’dir
shkite l bereh f lile ana
Kif’n’dir, kif’n’dir
****************
Que dois-je faire, X3
Je me suis plaint hier, la nuit,
Que dois-je faire, que dois-je faire ?

Coté clip là il y a de très belles performances artistiques... les jeux d'ombres et sombres, d'eau sous diverses formes et certaines prises très originales valent vraiment le coup...



En tracts musicaux...

Avant de vous parler de Cadence, j'ai eu envie de vous faire part de mes impressions sur certaines zik du moment... Pourquoi? parce que je ne cesse de m'épater quand il s'agit de mes propres gouts musicaux, qui il faut le reconnaitre sont très... hmmm... merdiques !!!! Mais j'assume !!

Le premier titre, c'est Go Go Go du groupe La Casa...
Quelle ne fut pas ma surprise quand des amis m'ont dit "ça ressemble tellement à Cali que j'ai cru que c'était lui qui chantait"... alors là, mes neurones sont allés direct à la case jcaptekeudlà sans passer par la case départ... Mon PtiLu si tu lis ce post, je pense que tu abonderas, toi qui aimes tant Cali... :))
Bon, perso j'ai trouvé aucune ressemblance, ni de près ni de loin et en plus Cali je m'en tamponne... Qu'est-ce qui a bien pu m'attirer dans cette chanson? Moi, ça me rappelle les Negresses Vertes version bas de gamme... et puis j'ai beaucoup aimé les passages à l'harmonica puis à la trompette ensuite... sinon la mélodie en elle même n'a vraiment rien de jouissif... les paroles je zappe direct... le clip, ils ont ciblé sur l'utra minimalisme, pourquoi pas, ça se défend de ce coté là... donc voilà, je vous laisse écouter...

vendredi 12 décembre 2008

Des Ô, des mots, des shows... des Orlando !!



Découvrez Celldweller!


Y avait le popa Claudio... la moman jamais bien loin en soutien... et now y a le fiston Ugo...
Dans la série des blogs sympa qui valent le détour, gageons que ce nouveau venu relèvera le défi avec brio et que chaque visite sera un vrai plaisir... j'en suis sure !! Entre mon p'tit Schangels et lui, ça va pulser coté neurones, c'est sur !!

VIP or not, c'est ici que ça se passe...


Welcome dans la blogosphère Ugo, j'attends la suite impatiemment...

mercredi 10 décembre 2008

Oh Maux Humanimaux



Découvrez Michael Andrews!




J'ai longtemps naïvement pensé qu'une personne qui avait souffert devenait forcément une personne plus encline au respect de l'autre... à cause de ces blessures souvenir de ce que l'on ne voudrait pas que l'on nous fasse... C'est faux !! En fait, il y a deux sortes d'êtres humains... l'homo-humain et l'humanimal...
Le premier tentera d'utiliser tous les artefacts qu'il trouvera sur son chemin pour emplir la besace de sa vie de bleus qui deviendront sourires, de coups qui le rendront prudent joyeux, de sournois amis qui lui montreront que l'homme est décidément imparfait...
Oui l'Homme est imparfait... il est hier... à peine aujourd'hui et surtout pas demain...
Cet homo-humain va passer sa vie à chercher... une véritable ruée vers son or, sa quête d'un graal pas si légendaire que ça... c'est sur Brocéliande ne lui fera pas de cadeaux, Viviane aura peut-être plus des allures de mannequin pour Olida ou de Jenifer Lopez clonées indéfiniment... mais au détour d'un innatendu, cet humain la, il peut être sur de croiser le chemin de Nimue et de pouvoir continuer avec elle l'aventure de l'évolution, l'épanouissement... même si pour certains la Dame du Lac est chauve avec un drap orange lui entortillant le corps... après tout chacune son Perceval et chacun sa Nimue...
L'important pour cet homo-humain, c'est qu'avec ses blessures, ses croix, ses démons, ses peurs, ses amputations, il devient chevalier ou guerrière, et chevauche la vie pour aller le plus loin possible... ces humains la, regardent le monde, voient leurs autres, vont vers eux, leur apportent, recoivent, échangent, partagent... se mélangent... ces humains la sont rares... en voie de disparition et pourtant toujours pas considérés comme éspèce à protéger... ceux-la... ils s'éteignent dans le silence égoiste et hypocrite des autres...

Les autres c'est l'humanimal qui s'enracine dans sa mémoire sélective et obstinée pour y établir sa petite production personnelle... tout y passe !! ça va du pavot rigolo fait maison, quelques logorrhées verbales apprises par cœur tout droit sorties du dernier Coelho en guise de cannabis canapés intello-dinatoire... Puis en bon petit Sims qu'il est, il va créer sa "communauté"... les potes !! pléthore de potes !! parce que plus on est (2) fou plus on s'éclatera à confondre la mappemonde sur le bureau avec une boule à facette de Patrick Hernandez... bah oui on est born to be alive quand même, faut pas l'oublier... celui la il va se regarder du haut de son infinitésimal condition... et il va en passer du temps à se reluquer le nombril, même pas percé... il va pleurer dessus, sur le morceau qu'il avait à la naissance et que ces criminels de chirurgiens lui ont volé... dès la naissance, tout était joué !! son cordon désséché qui ne laisserait pas passer un micron de sève, il va passer sa vie à le chercher voire le reconstruire, pour les plus motivés... Ces humains là, se fichent des cicatrices de leurs eux-mêmes... elles ne sont jamais "pires", jamais "plus", jamais... en fait, elles ne se voient presque même pas !! alors le bon samaritain humanimal bah il va même se dévouer pour en faire de nouvelles !! des vraies... des qui se voient... qui se sentent, avec le son, l'odeur, la sensation et surtout... le temps !! des indé-débiles !! Parce qu'ils sont passés maitre ES en cicatrices, parce que personne ne peut leur en remontrer à ces guerrieros de la balafre affective, ils les connaissent toutes !! Tatouages à l'encre de sang de la tête aux pieds pour ces cartes routières, avec dénivellations s'il vous plait !! Help Angels c'est pas leur devise, eux ils sont trop occupés à faire payer les contentieux de leurs déceptions aux SDF encore plus déchiquetés qu'eux, en se vautrant dans le prurit de leurs désillusions...
Oui, l'humain est imparfait... et c'est pas prêt de changer...

dimanche 7 décembre 2008

Elia Suleiman





Elia dans Intervention Divine

Ce réalisateur n'a pas une grande expérience en terme de productions à proprement parler... mais ça n'empêche pas son génie, loin s'en faut !! ce n'est pas la quantité... bla bla bla...
Avoir vécu à New-York pendant plusieurs années ne lui a pas fait oublier ses origines, c'est peut-être même ce passage par Big Apple qui a exacerbé son sens de l'humour si particulier... auto-dérision, corrosif jusqu'à la pointe du détail, ironique voire sardonique voilà les ingrédients de ses deux longs métrages Intervention Divine (en sélection officielle à Cannes 2002, dont il remporte le prix du jury) et Chronique d'un disparition primé à Venise en 1996...
Je parlais il y a peu sur ce blog des longueurs difficiles à gérer au cinéma, des silences encore plus durs à négocier... eh bien lui, il réussit le tour de force de mélanger les deux sans que jamais le film ne tombe dans la lassitude... Certes, il n'y a peut-être pas de poésie éclabousante comme chez Angelopoulos, mais il y a tout le reste... resultat, la magie est au rendez-vous... Je me souviens avoir beaucoup rigolé pendant la projection d'Intevention Divine au Mercury, et bien sur, j'ai été criblée de regards réprobateurs, car n'est pas convenable de rire pendant un film "serieux", surtout si le thème principal est le conflit Israelo-paléstinien... n'empêche que les coincés du luc je leur dis pwet, et je vais pas me priver de rire devant le nombre incalculable de situations burlesques à la Tati ou Keaton, que ce cinéaste ose mettre dans ses films, qu'il agrémente en plus de sa personne, puisqu'il joue dans ses propres ficitons... Mais ce qui fait son originalité, c'est cette faculté à mélanger dans une même scène le drame et l'humour, la gravité et le rire et à les enchainer sur une heure trente au moins... ça c'est du talent brut !!
La caméra est très présente, presque un personnage, avec une qualité irréprochable (pas autant que le cinéma coréen, j'insiste encore et toujours là dessus), sans techniques particulières, pas de chichis, pas d'originalité ni dans le tournage, ni dans les prises, juste un sens inné et massacrant de la dérision...
Il fait partie de ces réalisateurs avec lesquels je pense sincérement qu'il faudra compter. Des réalisateurs à thèmes, à sujets, à messages avec de petits moyens et de grands résultats...



Voilà pourquoi j'apprécie tant ce réalisateur et je trouve bien dommage que la critique ne lui consacre pas plus d'attention... comme toujours il faudra attendre qu'il fasse une dizaine de films, pour qu'il soit reconnu... Et encore, c'est pas gagné, ce genre de cinéma reste en France encore bien trop intimiste, alors qu'il ne devrait pas !! Il n'y a pas que les grosses vannes bien grasses de pseudo humoristes en cours de reconversion pour faire rire... et quand je dis humoristes, je pense à des Dubosc, Elmaleh, Seimoun et bien sur le ch'ti dont j'ai zappé le nom temporairement... que l'on me montre un film réalisé par un humoriste qui soit drole et je dirai ok sans pb, je ne cherche pas à faire de l'élitisme... mais chacun son truc, j'aimerais savoir peindre, dessiner, sculpter, danser et bien d'autres choses encore... mais je ne sais pas... bah c'est tout... à force de vouloir toucher à tout on finit par ne rien éffleurer...

Allez un dernier petit extrait pour le plaisir des gourmands...



jeudi 4 décembre 2008

Quinté kino - part 1


Quand blogger bug c'est pas pour rire !! m'a tout simplement viré le post planifié hier... Suis bonne pour le refaire :((

Donc, je disais (à peu près) que je m'étais rendue compte que chaque fois que l'on me demande mon/mes film(s) préféré(s) (question que je déteste), j'ai une sorte de quinté de tête régulièrement inconnu qui se place dans les 10 premières places... J'ai donc décidé de parler de ces 5 films que je trouve si intéressants pour peut-être les faire connaitre un peu...
Ce sera donc, Intervention Divine d'Elia Suleiman, Cadence de Martin Sheen, (ou) Au Loin s'en Vont les NuagesL'homme sans passé d'Aki Kaurismaki, Les Frères Falls des frères Polish et peut-être si j'arrive à trouver un extrait Un Neveu Silencieux de Robert Enrico...
Je me contenterai pour commencer de vous livrer tel quel un (ou plusieurs) extrait(s) sans rien préciser, vous laissant ainsi découvrir l'oeuvre... j'adore voir un film quand je ne sais absolument rien de ce dont il s'agit...
Alors métévoluneté1stalévou, ça commence !!

Intervention Divine d'Elia Suleiman (2000)

Extrait 1
video

Extrait 2
video

lundi 1 décembre 2008

Cherchez le Garçon...



Découvrez Taxi Girl!




Valentin a 8 ans, c'est l'hiver... Il est heureux car sa classe entière est arrivée aux sports d'hiver pour 10 jours depuis hier... après la classe verte en CP, la classe de mer en CE2, c'est au tour de la classe de neige en CM2... il espère que ça se passera bien cette fois ci, parce que de la classe de mer il n' a vu que l'infirmerie... la mer, il l'a passée au lit avec une copine de galère aux oreillons qui pouvaient cohabiter avec sa varicelle !! En fait, il a contaminé toute l'école !! Ils sont tous tombés malades les uns après les autres, une épidémie qui a duré des mois car au fur et à mesure que les uns se remettaient, les autres entraient dans la ronde...
Au bout de trois jours Valentin fut pris d'un mal que personne ne connaissait... des sortes de convulsions, de spasmes plus ou moins discrets accompagnés de forte fièvre... il se retrouve allongé dans son lit, tout seul dans le grand dortoir... si les symptômes persistent, le médecin du coin viendra le voir demain... il n'a pas envie de le voir, il n'aime pas les médecins... il déteste celui qui vient à la maison chaque fois qu'il est malade parce qu'il lui fait peur... il met toujours une lampe bizarre sur son front qui lui donne des airs d'explorateur chauve à force d'avoir frotté les parois de sa tête contre le corps de ses patients... il est très laid, grand, maigre, et en plus il sent mauvais de la bouche... Valentin est plutôt serein... déçu, mais serein... il passe en revue ce lieu qui lui est encore étranger... les ombres que crée le plafonnier sur les murs sans papier peint... il aime jouer avec ces images qu'il forme et déforme au gré de son imagination...
Il sent un mouvement sur sa gauche... le chat de l'instit vient de bondir sur le rebord de la fenêtre... celui qu'il préfère, le gros noir tout poilu... il fixe Valentin de ses grands yeux rouges à travers la vitre... le garçon se sent mal à l'aise, il n'aime pas cette lumière qui se reflète dans l'iris du matou... ça lui donne des airs de monstre touffu... L'instit est venu avec ses deux chats... en fait Valentin se dit que toute la famille doit être toute poilue de noir, car son instit est tout poilu aussi... il a une grosse barbe noire qui lui mange la moitié du visage... et il a remarqué que ses bras sont aussi tout couverts de longs fils droits... tout noirs... il ne peut s'empêcher de se demander à quoi ressemble sa fille... les deux chats sont noirs, l'un est tout maigre aux poils ras mais celui la est très gros avec de longs poils... quand il fait jour Valentin l'aime bien... pas quand il fait nuit !! Même avec la lumière allumée...
L'instit lui monte un plateau repas et en s'asseyant sur le bord du lit, lui demande s'il va mieux... il va mieux... en fait, il irait "vraiment" mieux s'il était en bas avec les autres... il se déporte légèrement sur le coté, son champ complètement bouché par le corps du prof, pour vérifier si Touffu est parti... non ! il le regarde toujours aussi fixement... En se relevant, l'instit aperçoit la boule brune... "oh tu es encore dehors toi !" il ouvre la fenêtre... c'est au tour de la boule de se déporter sur le coté pour voir si Valentin est toujours là... comme pris d'une soudaine inspiration il fait demi tour et s'enfuit dans la nuit... "C'est pas vrai ce chat !!"
- je voudrais bien descendre
- demain tu pourras. Ce soir profite de ton repos, d'une bonne nuit de sommeil et après tout ira bien. Tiens je te mets la musique, ça te tiendra compagnie.
Mais Valentin, lui, c'est là, maintenant, de suite qu'il voudrait que ça aille bien, et la musique il s'en fiche. A peine l'instit est-il reparti que Boulu réapparait... il le fait exprès, Valentin en est sur !! Ce chat a deux personnalités, ça ne fait aucune doute!! Une pour le jour et une pour la nuit !! La journée il ressemble à une grosse peluche molle tendrement inoffensive... il a l'air idiot même avec ses grands yeux verts tout ronds, pleins d'une affectueuse débilité... La nuit il se transforme en énorme hirsute machiavélique à fentes rouges... le titre qui passe en boucle dans le lecteur... Cherchez le Garçon...
vivement que les autres montent se coucher !! Il a envie de faire pipi... hors de question de sortir du lit !! Il attendra... c'est pas si pressé que ça, il sait se retenir, il le fait souvent quand il est occupé à jouer aux billes avec les copains pendant la récré...
Après ce qui lui parait être une éternité passée en compagnie du plus féroce des félins, Valentin en est certain, ses compagnons de classe daignent enfin monter au dortoir... petit moment de gloire... success story anonyme d'un enfant de 8 ans perdu au fin fond d'un lit en pleine montagne de classe de neige... bon ok, on a vu mieux comme célébrité, mais Valentin savoure le défilé des copains, copines autour de son lit... tous sont préssés de lui demander ce qu'il a, et comme il ne le sait pas, cela rend la "chose" plus énigmatique... ça l'arrange bien... L'instit et les moniteurs demandent à tout le monde de se coucher... c'est l'heure...
Après plusieurs injonctions reformulées sur divers tons et plusieurs octaves, les lumières du dortoir s'éteignent enfin. Hirsut est toujours là !! Envie pipi... là ça commence à urger... Valentin appelle Christophe, son voisin pour qu'il vienne avec lui aux WC... il dort... pas possible ça, on peut jamais compter sur les copains !! Tant pis pour lui !!

Le lendemain matin, Valentin se réveille en pleine forme. il descend en pyjama rejoindre les autres déjà attablés devant le petit déjeuner.
- Mais enfin Christophe, pourquoi tu ne nous as pas dit que tu faisais encore pipi au lit? à 10 ans c'est le genre de détails qu'il faut préciser quand on part en voyage !! Ta maman aurait du nous le signaler !!



Je pense que Valentin et Christophe se souviendront toute leur vie de ce séjour à la neige... Et vous, comme Valentin avez-vous dans le disque dur de votre mémoire intime, un souvenir lié à une musique, une madeleine à la farine avariée aux allures de rengaine malaise lié à ce souvenir pas si agréable...? tout juste en équilibre à la frontière entre l'insupportable et le négociable...?