lundi 1 décembre 2008

Cherchez le Garçon...



Découvrez Taxi Girl!




Valentin a 8 ans, c'est l'hiver... Il est heureux car sa classe entière est arrivée aux sports d'hiver pour 10 jours depuis hier... après la classe verte en CP, la classe de mer en CE2, c'est au tour de la classe de neige en CM2... il espère que ça se passera bien cette fois ci, parce que de la classe de mer il n' a vu que l'infirmerie... la mer, il l'a passée au lit avec une copine de galère aux oreillons qui pouvaient cohabiter avec sa varicelle !! En fait, il a contaminé toute l'école !! Ils sont tous tombés malades les uns après les autres, une épidémie qui a duré des mois car au fur et à mesure que les uns se remettaient, les autres entraient dans la ronde...
Au bout de trois jours Valentin fut pris d'un mal que personne ne connaissait... des sortes de convulsions, de spasmes plus ou moins discrets accompagnés de forte fièvre... il se retrouve allongé dans son lit, tout seul dans le grand dortoir... si les symptômes persistent, le médecin du coin viendra le voir demain... il n'a pas envie de le voir, il n'aime pas les médecins... il déteste celui qui vient à la maison chaque fois qu'il est malade parce qu'il lui fait peur... il met toujours une lampe bizarre sur son front qui lui donne des airs d'explorateur chauve à force d'avoir frotté les parois de sa tête contre le corps de ses patients... il est très laid, grand, maigre, et en plus il sent mauvais de la bouche... Valentin est plutôt serein... déçu, mais serein... il passe en revue ce lieu qui lui est encore étranger... les ombres que crée le plafonnier sur les murs sans papier peint... il aime jouer avec ces images qu'il forme et déforme au gré de son imagination...
Il sent un mouvement sur sa gauche... le chat de l'instit vient de bondir sur le rebord de la fenêtre... celui qu'il préfère, le gros noir tout poilu... il fixe Valentin de ses grands yeux rouges à travers la vitre... le garçon se sent mal à l'aise, il n'aime pas cette lumière qui se reflète dans l'iris du matou... ça lui donne des airs de monstre touffu... L'instit est venu avec ses deux chats... en fait Valentin se dit que toute la famille doit être toute poilue de noir, car son instit est tout poilu aussi... il a une grosse barbe noire qui lui mange la moitié du visage... et il a remarqué que ses bras sont aussi tout couverts de longs fils droits... tout noirs... il ne peut s'empêcher de se demander à quoi ressemble sa fille... les deux chats sont noirs, l'un est tout maigre aux poils ras mais celui la est très gros avec de longs poils... quand il fait jour Valentin l'aime bien... pas quand il fait nuit !! Même avec la lumière allumée...
L'instit lui monte un plateau repas et en s'asseyant sur le bord du lit, lui demande s'il va mieux... il va mieux... en fait, il irait "vraiment" mieux s'il était en bas avec les autres... il se déporte légèrement sur le coté, son champ complètement bouché par le corps du prof, pour vérifier si Touffu est parti... non ! il le regarde toujours aussi fixement... En se relevant, l'instit aperçoit la boule brune... "oh tu es encore dehors toi !" il ouvre la fenêtre... c'est au tour de la boule de se déporter sur le coté pour voir si Valentin est toujours là... comme pris d'une soudaine inspiration il fait demi tour et s'enfuit dans la nuit... "C'est pas vrai ce chat !!"
- je voudrais bien descendre
- demain tu pourras. Ce soir profite de ton repos, d'une bonne nuit de sommeil et après tout ira bien. Tiens je te mets la musique, ça te tiendra compagnie.
Mais Valentin, lui, c'est là, maintenant, de suite qu'il voudrait que ça aille bien, et la musique il s'en fiche. A peine l'instit est-il reparti que Boulu réapparait... il le fait exprès, Valentin en est sur !! Ce chat a deux personnalités, ça ne fait aucune doute!! Une pour le jour et une pour la nuit !! La journée il ressemble à une grosse peluche molle tendrement inoffensive... il a l'air idiot même avec ses grands yeux verts tout ronds, pleins d'une affectueuse débilité... La nuit il se transforme en énorme hirsute machiavélique à fentes rouges... le titre qui passe en boucle dans le lecteur... Cherchez le Garçon...
vivement que les autres montent se coucher !! Il a envie de faire pipi... hors de question de sortir du lit !! Il attendra... c'est pas si pressé que ça, il sait se retenir, il le fait souvent quand il est occupé à jouer aux billes avec les copains pendant la récré...
Après ce qui lui parait être une éternité passée en compagnie du plus féroce des félins, Valentin en est certain, ses compagnons de classe daignent enfin monter au dortoir... petit moment de gloire... success story anonyme d'un enfant de 8 ans perdu au fin fond d'un lit en pleine montagne de classe de neige... bon ok, on a vu mieux comme célébrité, mais Valentin savoure le défilé des copains, copines autour de son lit... tous sont préssés de lui demander ce qu'il a, et comme il ne le sait pas, cela rend la "chose" plus énigmatique... ça l'arrange bien... L'instit et les moniteurs demandent à tout le monde de se coucher... c'est l'heure...
Après plusieurs injonctions reformulées sur divers tons et plusieurs octaves, les lumières du dortoir s'éteignent enfin. Hirsut est toujours là !! Envie pipi... là ça commence à urger... Valentin appelle Christophe, son voisin pour qu'il vienne avec lui aux WC... il dort... pas possible ça, on peut jamais compter sur les copains !! Tant pis pour lui !!

Le lendemain matin, Valentin se réveille en pleine forme. il descend en pyjama rejoindre les autres déjà attablés devant le petit déjeuner.
- Mais enfin Christophe, pourquoi tu ne nous as pas dit que tu faisais encore pipi au lit? à 10 ans c'est le genre de détails qu'il faut préciser quand on part en voyage !! Ta maman aurait du nous le signaler !!



Je pense que Valentin et Christophe se souviendront toute leur vie de ce séjour à la neige... Et vous, comme Valentin avez-vous dans le disque dur de votre mémoire intime, un souvenir lié à une musique, une madeleine à la farine avariée aux allures de rengaine malaise lié à ce souvenir pas si agréable...? tout juste en équilibre à la frontière entre l'insupportable et le négociable...?

2 commentaires:

christian a dit…

J'ai attendu pour voir si quelqu'un de passage ici, aurait écrit en utilisant une encre qui ne serait plus sympathique.
Et bien non !
Alors je me dévoile, parce que 0 commentaire, ça me chagrine !

Didier a dit…

Mon meilleur souvenir de neige, de vacance de neige, est savoureux puisque cet hiver-là, il n'y en eut point, de neige. Z'étions une "colo" d'ados et qu'est-ce qu'on s'est emmerdé, à se les peler dans ce chalet des Vosges avec des animateurs plantés parce qu'ils avaient tellement tout prévu que l'absence de neige n'avait pas été mise au programme. Merveilleux souvenir parce que pour "tuer" le temps, nous passâmes nos journées à parler entre nous. C'est bon de parler avec les autres.