vendredi 15 août 2008

Грузии против России



Découvrez Jeff Buckley!


Il y a une théorie qui dit qu'une bonne négociation permet à l'un ou aux différents protagonistes d'avoir droit à l'erreur sans que cela n'entrave le processus visé...
Cette théorie que je trouve on ne peut plus valable, ne peut cependant avoir lieu si les termes d'un contrat signé ne sont pas respectés... et c'est là que se trouvent les bases du conflit actuel entre la Géorgie et la Russie... petit retour en arrière pour comprendre la mayonnaise qui monte actuellement du coté des balkans...

Grousii protiv Racii - Géorgie vs Russie

La Georgie, comme de nombreux pays confettis de l'Est a proclamé son indépendante post-perestroïkienne en 1991. Elle est bordée par deux provinces dissidentes, autonomistes à forte majorité russe que sont l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud... En 1994, la Georgie et la Russie, alors en conflit avaient signé un accord de cessez le feu...
Pourtant depuis 2006, discrètement les conflits recommencent et s'amplifient pour arriver à l'intervention très médiatisée, de la France et des USA dans ce conflit... qu'est-ce que tout cela peut bien cacher? mais surtout, qu'il est amer cet arrière gout de madeleine un chouïa cyanuré...
Les massacres au Kosovo n'auront donc ils servis à rien? Si, bien sur... la seule différence, notable tout de même, c'est que sur l'échiquier mondial que se disputent les grandes nations, dites "évoluées", on arrive à s'emparer de petites provinces en faisant un peu moins de morts... juste un peu...
C'est que la ressemblance avec la situation au Kosovo est frappante au point d'imaginer sans difficulté la future gémellité avec les 2 régions... En 2003, Tbilissi, la capitale géorgienne connaissait une révolution "pacifique" dite des Roses, partiellement financée par... les USA... Ô quelle étrangeté!! Le président géorgien demandait aux Nations Unies de remplacer le médiateur de Moscou par... la communauté internationale... ainsi, on peut facilement envisager, que comme la Bosnie et le Kosovo, les 2 provinces géorgiennes actuellement convoitées, le soient pour y accueillir des forces de paix internationales... mpfff... rien que cette expression me fait sourire... dans la même phrase forces et paix,... cherchez l'erreur... avec une petite différence là aussi... pas d'indépendance en vue pour les 2 provinces, qui ne la demandent pas d'ailleurs...
Et c'est à ces 2 provinces que je me joins pour me poser la question qui tue et surtout qui reste sans réponse, même diplomatique... pourquoi remplacer les forces russes qui ont toujours respecté le cessez le feu et empêché la Géorgie de les envahir par des troupes internationales, qui... ne feraient pas mieux... eh ouais... y a un hic là !!
Outre, une possibilité d'une implantation sournoise sous le couvert de L'ONU et de l'OTAN ces « extensions » du Caucase et d’Asie centrale sont riches en pétrole et en gaz, et font de cette zone politiquement "instable" la charnière de la Russie, de l’Europe et de la Chine. Si des puissances dites "médiatrices" arrivent à taper l'incruste, c’est pour y développer leur influence économique, politique, et militaire. Voilà qui a de quoi naturellement inquiéter la Russie.
Pas particulièrement fan de Poutine, ni du pantin qui lui succède, je trouve honteux et condamnable que l'on utilise, et cherche à manipuler l'opinion publique en faisant passer tout un peuple pour ce qu'il n'est pas, pour ce qu'il n'a pas fait, pour ce dont il n'est pas responsable, mais surtout, que nos dirigeants, dans leur quête infernale de pouvoir insatiable, n'hésite pas à recouvrir l'écrin d'un joyau qui n'est pas le leur, de morts qui ne le sont pas mais qui le deviendront...
Que nous intervenions quand le besoin en est, pour éviter des massacres, je signe sur le champs... mais surement pas pour créer ces massacres !!
Il y a une théorie qui dit qu'une bonne négociation permet à l'un ou aux différents protagonistes d'avoir droit à l'erreur sans que cela n'entrave le processus visé... encore faut-il savoir qui sont les protagonistes...

3 commentaires:

Ségolène a dit…

Russie vs. Géorgie: pas un match éliminatoire pour un Euro 2008 dépassé, mais une lutte pour la domination territoriale où le droit du plus fort s'oppose au droit d'autres plus forts ... la honteuse géopolitique finit par paraître au grand jour, si proche des affaires de gaz ou pétrole et si loin des grandes tirades enfantines au nom d'un prétendu "monde libre". Libre de faire quoi? De se prétendre meilleur que l'Autre, sans doute.

Russie vs. Géorgie, ou l'opposition grise devant laquelle le manichéisme blanc-noit r habituel a pris une sacrée ride. Qui est le bon, qui est le méchant? Deux noms à consulter et méditer: Stirner, sur la propriété comme lutte incessante et guerre de tous contre tous; Ratzel, où la politique définie comme un enjeu des sous-sols ...
Fukuyuma: un nom qui ne rapporte plus qu'au Scrabble des noms propres.
Qui faut-il plaindre dans cette histoire des Etats insensibles? Je n'en sais rien, et vous?

(Grande) Farce et (Petite) Humeur

Ségolène a dit…

Russie vs. Géorgie: pas un match éliminatoire pour un Euro 2008 dépassé, mais une lutte pour la domination territoriale où le droit du plus fort s'oppose au droit d'autres plus forts ... la honteuse géopolitique finit par paraître au grand jour, si proche des affaires de gaz ou pétrole et si loin des grandes tirades enfantines au nom d'un prétendu "monde libre". Libre de faire quoi? De se prétendre meilleur que l'Autre, sans doute.

Russie vs. Géorgie, ou l'opposition grise devant laquelle le manichéisme blanc-noit r habituel a pris une sacrée ride. Qui est le bon, qui est le méchant? Deux noms à consulter et méditer: Stirner, sur la propriété comme lutte incessante et guerre de tous contre tous; Ratzel, où la politique définie comme un enjeu des sous-sols ...
Fukuyuma: un nom qui ne rapporte plus qu'au Scrabble des noms propres.
Qui faut-il plaindre dans cette histoire des Etats insensibles? Je n'en sais rien, et vous?

(Grande) Farce et (Petite) Humeur

Sijavéssu a dit…

Mdr le pseud...
Je ne sais pas si on peut parler de bons et méchants mon Bilou, mais une chose me parait sure, on cherche à faire passer les russes pour des cons dans cette histoire... Si ces mêmes russes venaient piétiner nos plates bandes, on leur rentrerait dans le lard illico presto... mais on trouve normal d'aller investir le Caucase sous des prétextes fallacieux de soi-disant paix et médiation, alors qu'il n'est ni plus ni moins question de pouvoir... et qui paye dans l'histoire? les civils !! et le prix fort en plus !!