jeudi 28 juin 2007

3’28 x2

Attablé à un bar en sirotant un café en cette fin d’après-midi de printemps, je regarde les rayons du soleil se promener sur les toits et les cimes de la ville.

L’ambiance avec mon imagination aidant a quelque chose de feutrée, d’intemporelle… je suis téléporté ailleurs tout en restant là bien ancré…

La télé du bar a la bonne idée de passer un tube qui a quelques années ; 7 seconds de Youssou’N Dour et Neneh Cherry. Mon voyage s’accélère. Les sens ont ce pouvoir magique, même si parfois la madeleine de Proust a des arrières gouts de moisi…

Là ce n’est pas le cas, je m’envole en trajectoire directe vers un passé incertain mais dont je garde de bons souvenirs, il semblerait… Je me retrouve petit, en banlieue parisienne, quand je passais des heures à scruter le ciel gris en guettant la moindre percée du bleu salvateur et en priant de toute la véhémence de mon imagination, déjà bien trempée, pour être happé, avalé, emporté dans le grand duvet bleu… je me suis toujours demandé pourquoi le ciel n’est pas vert. Un soleil jaune et un ciel bleu ça doit devenir vert normalement… bah non ! ça reste bleu… En fait, depuis j’ai appris que la lumière du soleil est blanche et non jaune, que dans l’air il y a de l’azote, que c’est ça qui est bleu, et que le soleil l’éclaire… (ça c’est pour ceux que le doute a subitement envahi…)

Je retrouve instantanément dans ce ciel bleu, à plus de mille bornes de celui de Paris les même repères, les mêmes couleurs, les mêmes chaleurs dans ma ville actuelle… et ça, 45 ans après mes premiers émois célestes.

La musique me propulse vers d’autres lieux, d’autres émotions… je suis plus vieux, pas de beaucoup et je drague à tout va… période féerique dans la vie d’un être humain… les premiers (faux) pas vers l’autre sur ce genre de musique sésame…des printemps, des étés… je ne sais plus lesquels…

Mes souvenirs affluent sans que j’y prenne garde. Les bons, les mauvais. Je laisse faire. La balance reste positive. Je suis toujours en émoi, c’est le principal. Je sais que dès la fin du morceau tout va se briser, invisible mur de glace qui va fondre d’un seul coup d’un seul et me rejeter sans ménagement sur la grève de la réalité… je m’accroche désespérément au moment d’intimité solitaire quasi-religieux. J’imagine que je remets la musique. La même. Mais non le charme sera rompu. Je sais que je peux les vivre sur commande ces instants. J’ai appris, il y a bien longtemps. Mais celui-là est différent… particulier… il est venu à moi de lui-même… tout seul… c’est ce qui m’émeut par-dessus tout.

Même le ballet chaotique et asynchrone des voitures me réjouit. Elles sont belles avec leur poussière dégradante et leur couleur douteuse. Je ne vois pas les gens, ils sont bien là pourtant, je le sais, je sais même avec exactitude où mais je ne les vois pas…je ne veux pas…les voitures… encore… ces genres d’engins qui permettent de vous transbahuter d’un endroit à un autre en quelques minutes, des engins qui flirtent avec le temps sans jamais attirer la moindre de ses attentions… une ambulance…. C’est beau une ambulance un après-midi de printemps à la lueur des rayons obliques… ça fait moins ambulance… ça fait véhicule-espoir… Rien à voir avec une ambulance un matin d’hiver pluvieux… quelle que soit l’oblique des rayons… la personne dedans va déjà mieux si elle peut voir le ciel bleu ouvert sur l’infini plutôt qu’un ciel gris fermé sur le sol bétonné…

La télé a décidé de prolonger mon voyager… « sing » du groupe Travis… trois minutes vingt-huit de bonheur supplémentaire… du bonheur totalement gratos… qui peut se vanter ? qui peut se vanter de regarder une boite aux lettres jaune citron (c’est laid) et de la trouver superbe ? et ces bâtiments tout gris, qui se fardent des beiges, roses pâles et autres camaïeux du même ton que le soleil dépose en effleurements sensuels et timides…je le contemple dans son œuvre le maitre accompli…

Non y a pas à dire, quand il s’y met, le soleil repeint le monde… et mes pensées…

5 commentaires:

Dominique a dit…

Puisse le soleil continuer à te peindre dans ces couleurs-là !

Joëlle a dit…

Minutes en supension,c'est beau !

Sijavéssu a dit…

Merci les filles, vous êtes adorables !!

callem a dit…

un texte d'espoir, de doute de spiritualité et d'une grande intensité.
qui que vous soyez continuer et diffuser des messages " la balance reste positive" et vous devez publier pour redonner l'envie de se battre à ceux qui ont perdu la foi en la vie et en les Hommes .

Sijavéssu a dit…

Ha Callem vous m'avez bluffée avec votre pseud, bien joué !!!!
rassurez-moi vite, vous ne faites pas partie de ceux qui ont perdu la foi n'est-ce pas?