dimanche 30 mars 2008

4.35 millions d'€...


c'est la somme collectée pour le Sidaction 2008 en fin d'après midi...
on ne peut pas toujours faire un don directement, les finances ne répondant pas toujours à l'appel, d'autant plus que les causes pour solliciter le citoyen ne sont pas erratiques... Mais il y a d'autres façons de s'engager dans une action et d'y participer...
jugez par vous même...

Journée déjà mal engagée, j'avais une distribution à faire de 11.30 à 14.00 annulée à 11.00... hmm ça commence mal comme dirait Samantha... oups !!
Je devais être à Villeneuve- Loubet à 19.30/20.00 le temps de m'installer tranquillement... fatalité, on m'a oubliée, je suis donc arrivée sur les lieux (boudumond) à plus de 22.00... Qu'à cela ne tienne, je m'installe et une heure après je suis fin prête... musique de zouf à fond les manettes, une horde de femmes venue expulser toute la pression accumulée pendant la semaine, ou plus, c'est dire... je vends quelques objets pour la cause... à 1.00 mal au crane à décoiffer les cornus, Doliprane et 10 minutes après je me sens prête à repartir pour un tour... purée cte zik de med est si forte que j'ai la sensation d'avoir un pacemaker épileptique à la place du cœur... pas grave, la foule s'éclate, c'est le principal... 2.30 (heure d'hiver encore) je commence à dangereusement dodeliner de la tête... mal au yeux (et y a pas de fumée pourtant), les lignes de mon book semblent traverser une tempête force 4... me suis pourtant bien assurée qu'il n'y avait que du coca dans mon coca... et qui me ramène? l'amie chargée de mon cas se rend compte avec stupeur qu'elle a négligé ce "détail"...
- Bah tu dors pas ici?
- heu nan
- Moi si !!
- Ah...
- Ben ouais et je reste ici jusqu'à demain aprem...
- Ah...
- Oui j'ai réservé des chambres...
- Âh... (tolérance siouplé ma tension flirtait avec le négatif... merci)
- ...
- Vais bien trouver quelqu'un pour me ramener quand même...
- Mais oui... demande à une fille qui retourne sur Nice de te ramener...
Mais bien sur !! j'en connais aucune, je ne sais même pas qui est de Nice ou pas et je vais faire le tour de la piste et demandant à chacune "T'es de Nice? non? tant pis..." Nous finissons par trouver une de Nice qui rentre chez elle "après"... ok... j'vais attendre... pas de pb... je me pose discrètement sur une banquette, là où il y a le moins de monde (pour cause, je connais la suite moi, pas vous...), la sono au dessus de ma tête qui ne va pas tarder à imploser et... je m'endors... vouiii... c'est une des raisons pour laquelle je ne vais jamais en boite, la zik m'abrutit au sens physique du terme et je succombe, sans opposer aucune résistances, sous les boom-boom de Dalida en furie version techno... 3 fois, suis allée en boite... 3 fois me suis écroulée comme une baleine narcoléptique échouée par gros temps... d'où mon intérêt timoré à payer une entrée qui me donne droit à une boisson (jamais du café en plus) et une place sans oreillers au fond de la salle bien au chaud près des enceintes... à 4.00 ma sauveuse vient me récupérer, à 5.00 je suis chez moi... oui on a fait un léger détour... mais, en fait... il est 6.00 et dans 4h30 on vient me chercher pour un pique-nique...
Alors, franchement, si ça ce n'est pas de l'engagement, faudra m'expliquer !!
A présent suis définitivement en tension négative, si je dors pas dans les 10 minutes qui viennent, je m'effondre lamentablement... même sans zik...

Petite pensée Bilou que j'ai pas pu croiser du week... mais bjinto... 36-80-08 cours tjs...

1 commentaire:

gogo non-dancer a dit…

Proposition de titres pour les deux photos (sublimantes, au demeurant): 1. "Double minou à huit pattes"; 2. "Qui s'y frotte s'y pique".
Bien d'accord avec ce pb récurrent des boîtes à sourdingues qui détruisent les cages à miel: trop de bruit, donc pas de discussion possible (comment draguer sans discutailler un peu ni jouer le cador de service sur la piste?) sinon à s'égosiller ou perdre le peu de filet de voix que j'ai le reste du temps.
Ajouté à cela la pression atmosphérique bien basse (tous entassés comme au Bangladesh) et les regards mi-furtifs mi-provoc, vous obtenez une ambiance que je n'apprécie pas des masses non plus. Dommage: impossible de danser dans une atmosphère un tantinet civilisée, somme toute ...
Et vive le sida; euh non, vive la lutte contre ... bref, vive les fous!!!
F&H