mardi 25 mars 2008

Me suis fait...

les Ch'tits !!
me suis dit, pour une fois, suis le move du troupeau et regarde un film que tout le monde il l'aime... c'est fait !! et en plus, je lui consacre un ch'tit post... mais avis aux habitués des fiches ciné reluquées à la loupe, là c'est du light, voire de l'ultra light hein... faut pas trop m'en demander non plus hé ho...

Bienvenue chez les Ch'tis de Dany Boon (mars 2008)
Alors techniquement: rien à dire et ce n'est pas le but du jeu dans ce film...
Artistiquement: Un générique original, ça change, fallait le trouver et il faut savoir reconnaitre ces petits riens qui changent parfois beaucoup de choses...
Dans l'ensemble, humour assez simple et couru... gags vus et revus notamment la visite du contrôleur concernant la mutation d'un handicapé, les tentatives de jeux de mots sur la langue ch'tit... c'est même parfois lourdingue, dommage de vouloir s'approcher d'un Devos alors qu'un Boon a de quoi faire avec ses propres armes...
On a droit à l'histoire d'une mièvrerie affolante version US... là aussi dommage... à croire que la créativité coté humour qui n'était pas au rdv devait être comblée avec autre chose...
Et fait incroyable, des longueurs !! dans ce genre de challenge, là suis désolée mais on ne peut pas se le permettre... contrairement à l'adage, non ce n'est pas bon quand c'est long... on ne nous épargne pas les lieux communs si faciles entre gens du Nord si accueillants (face à ceux du sud bien sur...), ce qui me gave un chouia... non... sauvagement en fait... et bouillabaisse, soupe de pistou, tartine de tapenade (bien sur on ne mange que ça nous, c'est bien connu) et bien sur froid polaire que même le pôle Nord dégèle à coté de Bergues... bref, on nage en pleine légende moyenâgeuse... c'est lourd !!
Dany Boom, version Quasimodo alcolo qui a troqué son Esméralda contre sa mère, l'idée était sympa, mais là aussi, pas creusée, on reste léger, trop léger... dommage...
Beaucoup de "dommage" à mon gout dans ce film qui restera à mes yeux somme toute "petit", non pas au sens dédaigneux du terme mais plutôt sans ambitions...
Quand les comiques (c'est ainsi qu'on les nomme) se mettent à vouloir faire du cinéma, ça ne donne pas forcément du cinéma comique...
Le bon cinéma (celui qui continue d'occuper en locataire squatteur votre esprit des heures durant après la fin de la séance) n'est pas toujours (souvent même) là où la critique l'annonce... Une fois de plus, je vérifie ma certitude selon laquelle, beaucoup d'entrées ne font et ne feront jamais la qualité d'un film... loin s'en faut !!
Le fait est, que contrairement à ce que prêche la critique, ce film, ne pas absolument pas donné l'envie d'aller m'installer dans le Nord...

A noter cependant, la prestation Galabru-Merad dans un descriptif du Nord version Corons de Germinal (et quand j'ai écrit cette phrase je n'avais pas encore vu la totalité du film, aussi quelle ne fut pas ma O' surprise d'entendre Les Corons de Bachelet quelques frames plus loin... ) assez drôle, dont je vous livre une partie en vidéo (source allociné donc long à dll et parfois ça bug mais la qualité est là, donc patience) :
Trailer




A noter aussi, les prestations de Line Renaud et Kad Merad, aussi bien dans la totalité du film mais surtout dans une petite scène, là aussi bien sur revisitée mais qui passe bien, tant ces deux acteurs sont performants...

1 commentaire:

Milan San a dit…

Merci pour cet instant de grâce pataude made in Galabru, dans un film somme toute banal ... mais joli, tendre et émouvant par endroits. A choisir entre la gentillesse naïve d'un Dany Boon et le sarcasme du journaliste parisien blasé à qui on ne la fait plus depuis son berceau, j'ai choisi mon camp. Plutôt trois fois qu'une par temps de désillusion.

Que vaut ce film dont on nous a rebattu les oreilles depuis des semaines et dont le défaut de la promption est, comme tous les matraquages médiatiques, d'avoir dispersé trop de promesses? Tout dépend de quel point de vue on le perçoit, néanmoins: je l'ai perçu comme un cri d'amour d'un Ch'ti pour son pays et, à ce titre, il m'a ému. Pour le reste: rien d'inoubliable, et l'on n'évite ni la guimauve ni les clichés dans cette jolie histoire d'amours et de tendresse.
J'ai été marqué comme toi par l'originalité du générique: un long tracé sur une carte qui ne s'arrête jamais et donne laisse l'impression que le Nord est proche du Pôle; bien vu.
Sinon: si tout le monde a adoré la composition de Galabru, j'en profite pour vous conseiller fortement son numéro d'ancien instit' tortionnaire et déjanté dans "Les clefs de bagnole" de Laurent Baffie ... un bide au ciné, mais un des films de référence pour ce qu'il a de truculent et d'ironique. Du grand art en proportion de ses petits moyens (cf. un de mes premiers billets, sur mon blog).
"Les Ch'tits" sont pour moi ce que le verre d'eau fraîche représente en pleine canicule: un instant de fraîcheur très appréciable, même si ce n'est jamais qu'un verre d'eau. Tout dépend du contexte dans lequel on y goûte ...

F&H