samedi 3 mai 2008

La vie d'un enfant... à vie...

"Sur son corps, un billet manuscrit demande que l’on prenne soin d’elle. La jeune fille a été déposée là, inconsciente et souffrant d’un mal mystérieux, dans cet hôpital d’Amstetten" (Autriche)
C'est l'intro que l'on pouvait lire dans Libé il y a quelques jours... C'est aussi la 2ème histoire du genre dans ce pays pourtant si paisible et franchement ça fait froid dans le dos... jugez vous-mêmes...

La jeune fille qui vient d'être amenée, dans le coma, à l'hôpital c'est Kerstin, 19 ans... prise de convulsions, sa mère arrive à convaincre Le Père, de l'emmener à l'hôpital... Mais ça ce n'est que le coté "zen" du truc...
La mère, c'est Élisabeth F, une femme de 42 ans, qui avait été déclarée disparue à 18 ans en 1984... seul souvenir, une lettre signée de sa main stipulant qu'elle entrait dans une secte et ne désirait pas être retrouvée...
En fait, la jeune fille tout juste majeure n'a jamais bougé de la maison familiale, elle a juste descendu plusieurs marches cachées derrière une étagère, pour se retrouver enfermée contre son gré, 2 étages plus bas, par un père incestueux et carrément pervers... dans ce cachot aménagé en 5 pièces de 50-60m², elle mettra au monde 7 enfants, tous de son propre père, Josef F 73 ans, et cela sans aucune assistance médicale... un des enfants, issu d'une gémellité, est mort en bas âge et Josef F aurait brulé le corps dans sa chaudière...
Les viols ont commencé alors qu'Élisabeth avait 11 ans... son père attend sa majorité et là, il la drogue, la ligote et la cache dans sa cave...
Je m'arrête là pour le descriptif, une recherche sur n'importe quel moteur donnera le reste des infos...
Je voudrais m'attarder un peu plus sur les "raisons" et les conséquences de cet acte... Qu'est-ce qui peut pousser un être humain, un père à violer sa fille? Il sait que c'est illégal mais au-delà du coté juridico-social... il y a un paramètre universel qui est la blessure qu'il inflige à sa fille... qu'est-ce qui fait qu'un être humain, un jour décide de franchir ces limites là...? Quelle volonté peut être suffisamment forte pour motiver de tels agissements? En fait, je pense surtout au premier pas, car après je crois qu'il est plus question d'engrenage et de "rouages" qui se mettent en place... Je sais bien qu'en terme psychologique on dit volontiers que l'enfant est très attirant sexuellement... et que par conséquent tout adulte "normalement constitué ET normalement civilisé" se doit de consulter de façon urgente en cas de "tentation"... déjà là... perso je décroche... je n'arrive pas à concevoir que l'on puisse envisager sexuellement un enfant... ça dépasse mon entendement, pire je trouve que c'est écœurant... suis-je anormale à partir de là...? Pour moi un enfant, on le protège, de tout, de tous, on lui apprend, tout, tous, même la sexualité... mais pas en pratique !! 11 ans, c'est l'âge de tous les espoirs, de toutes les découvertes... sacré patrimoine culturel, affectif, sentimental et social qu'il lui a légué à sa fille et aux enfants qu'il a eu avec elle, le Josef... sa vie est foutue... 24 ans dans un désespoir pervers incarné par l'être qui est sensé représenter la perfection, la référence... je sais bien qu'il y a ses enfants et que ça va surement l'aider... quoi que... quoi que... là aussi, beau package de culpabilité qu'elle va se trainer la pauvre... ses enfants qui du coup sont aussi ses frères et sœurs...
Si on a fait des lois, ce n'est pas uniquement pour le côté répressif de la chose... c'est aussi parce que certains agissements ont été jugés inadmissibles par la société... Doit-on appliquer des sanctions "exemplaires et dissuasives" pour enrailler ce genre de drames? je ne crois pas... c'est comme pour la pédophilie et la gérontophilie ça, la (les) solution se trouve plus dans une étude socio-culturelle à mon sens... chercher la cause, la raison, l'origine pour après ajuster et permettre que personne sur cette planète n'ait envie de faire honteusement avec un enfant ce qui se fait harmonieusement entre adultes... et c'est là que le bat blesse !! Car de toutes les solutions proposées par les gouvernements et/ou ONG et autres associations, on préconise de "soigner" l'individu incriminé (une fois qu'il a agit), on cherche dans SON passé les fractures qui vont pouvoir justifier son acte, mais jamais on ne remet en cause le système lui-même qui peut être une des causes... et une fois de plus, "on" constate, éberlué, que le type est un récidiviste... ben voyons...

Un code verrouillait le nid cactus...
Que se serait-il passé si Josef F était décédé? comment ces 4 personnes s'en seraient-elles sorties? En plus d'avoir vécu le martyre pendant 24 ans pour l'une, depuis leur naissance pour les autres, il seraient morts sans que personne n'en sache rien... Purée là y a une accumulation d'actes et d'intentions dolosifs d'une rare cruauté...

Quand on dit que l'enfer c'est sur terre... parfois je me dis qu'il n'y a aucune doute...

6 commentaires:

http://schangels.centerblog.net/ a dit…

Cela fait quelques jours que je m'interroge aussi et tant bien que mal sur la pathologie et l'intention morbide de ce grand-père au regard perçant et froid comme la mort ... comment justifier qu'un père pénètre sa fille? Une perversion, de source psychologique léguée par un de mes amis concernés par la discipline ... soit, mais à ce point ...
Je ne suis pas sûr que Hitler aurait "osé" commettre une perversion de ses propres mains, par ses propres moyens. Un décret signé pour envoyer des hommes à la mort est moins personnel, plus "facile" que de commettre le crime par ses propres moyens. Ce que ce Fritzl a fait, précisément. Un dégoût pour soi-même et les autres, une envie sexuelle bestiale, un désamour vis-à-vis de la chair de sa chair ... difficile de comprendre la "raison" de ces actes monstrueux et répétés pendant des années durant. L'Autriche aura décidément produit de sacrées engeances ces derniers Temps.
A croire que l'amour paternel ne va pas de soi. Comment éviter que cet acte ignoble ne se reproduise sans en comprendre les tenants et aboutissants? Il faudrait fouiller dans le psssé de ce type, dans son dossier médical ... j'attends toujours des infos de ce côté, mais rien dans les journaux qui ne transparaisse sinon pour parler de la difficule réinsertion des enfants.
Difficile de croire en Dieu, après cela. Certes, même si rien ne prouve Son absence pour autant. Cela ressemble au Mal par excellence. Tout comme Hitler et sa solution finale. Des solutions sans réponses et qui incitent à poser encore les mêmes questions: pourquoi?

H

Sijavéssu a dit…

c'est vrai que son regard est d'une rare froideur... j'ai vu une photo de face de lui hier, c'est impressionnant...
Je veux bien la perversion et toutes les autres explications qu'on pourra donner, mais ma question est "d'où ça vient?" Ce type il n'est pas né avec un gène de perversion !! il a suivi un chemin qui l'a conduit à devenir ce qu'il est... c'est là que je m'interroge...
Quant à Hitler je ne peut pas prendre cette comparaison en compte... il a su se démarquer coté atrocités...
je tiens aussi à préciser que l'Autriche n'est pas plus un berceau d'inhumains que n'importe quel autre pays, que ta phrase à ce sujet n'est que le reflet de ton émotivité exacerbée dans ce dossier...
L'amour paternel, là j'ai deux points de vue... Primo, non il n'est pas inné... pas plus que le maternel d'ailleurs... des hommes et des femmes peuvent vivre toute leur vie sans en ressentir le désir, avec ou sans enfants... heureusement, pour la plupart, c'est sans...
Deuxio, et c'est là que ça se complique... ces actes ne sont pas la preuve d'une absence d'amour filial... loin s'en faut...
ceci dit, là je parle de généralités... dans le cas présent, je craints que ce soit plus pervers que ça... primo parce que ce type a déjà violé une autre jeune femme (qui n'était pas de sa famille) il y a des années... mais surtout ce qui me perturbe c'est toute la mise en scène... le scénario qui dure sur 25 ans et qui aurait continué si la jeune fille n'était pas tombée malade au point de nécessiter des soins hospitaliers... cette "capacité" à mentir sur plusieurs fronts en même temps, sa femme, ses voisins, ses collègues etc... ce calcul permanent pour donner le change... ça dénote pour moi d'une réelle volonté de domination et de réalisation personnelle... j'entends par là, un plan échafaudé, structuré, organisé, planifié tout ce qu'on veut quoi... et ce que je ne comprends pas c'est pourquoi il lui a fait des enfants... une telle maitrise ne peut supporter un laisser aller pareil... ça relève presque de la faute... or, ce type ne s'est jamais permis la moindre erreur... ça correspond forcément à un besoin violent...
une fois encore, je pense que c'est là qu'il faut chercher... parce que des cas de ce genre il y en a encore surement des milliers sur le globe... on entend parler de celui ci aujourd'hui, hier c'était l'autre jeune fille enfermée pendant 8 ans... demain on entendra parler d'autres horreurs...

Anonyme a dit…

Quand il y a un tel deni, un tel rabaissement de la valeur humaine,une telle transgression, un tel avilissement de l'autre et de soi, la question des enfants ne se pose même pas (n'ont pas plus de valeur que le reste ..).Je crois que c'est dans cette orchestration de la déchéance de l'autre que cette histoire singulière rejoint l'holocauste. Ce qui m'interroge toujours c'est l'effacement, le silence des compagnes ?

Cendra a dit…

Affreux tout simplement affreux, moi je dis que ces mecs ne méritent même pas de mourir mais qu'on les fasse énormément et très longtemps... souffrir !!! merde ! (pardon)

Cendra a dit…

a l'anonyme, ayant vécu cela (en bcp moins pire) je dois dire que c'est ce qui me fait souffrir, la complicité de ma mère... les mères qui choisissent de ne rien voir, parce que cela remet en question leur couple, et donc elles-mêmes, etc etc

Sijavéssu a dit…

Je ne suis pas tout à fait ok Anonyme... peut-être est-ce la tigresse maternelle qui sommeille en moi, mais j'ai la sensation que protéger TON enfant, même si tu en as plusieurs est plus violent... je sais pas... tu donnes la vie, tu la reprends pas... évidemment qu'un enfant est un enfant pour moi... évidemment qu'un être qu'on fait souffrir reste une personne qui souffre... mais les "miens" sont les miens... il y a le sentimental, l'attachement, le lien supplémentaire... et pour le coup je pense même parents et proches... je sais pas si je suis bien claire là... pas sur ça... après y a pas photo, l'acte par lui même reste avilissant, immonde et tout ce qu'on peut y apposer comme adjectif... et cela quelle que soit la personne... ton enfant c'est un "plus", une partie de toi que tu renies, et par extension c'est cette même partie de toi que tu renies par un agissement pareil...

Cendra, il n'y a (je crois) pas de situation de ce genre pires ou moins pires... il y a des innocents qui subissent la perversion... avec les dégâts que ça peut générer...

Je suis sincèrement navrée que tu fasses partie de ces victimes toujours plus nombreuses... Et je me dis qu'en effet, ce ne doit pas être facile de vivre ce genre de situation... les parents sont, je le dis toujours, sensés représenter la sécurité, la protection et la perfection faite humaine... dans de tels cas comment avancer sans se casser la figure...? je me le demande...