vendredi 30 mars 2007

D’après vous…

Quelle est la 1ère cause de mortalité des femmes en France ? donnez (pour vous) 3 réponses possibles et voyez si vous étiez proche de la réalité…

La 1ère cause de mortalité chez les femmes en France est la violence conjugale… Perso j’ai été à chier sur la réponse, j’ai pensé au cancer du sein, de l‘utérus, j’ai même pensé à l’accouchement… mais pas aux violences… ça m’a mis trop mal… être si loin d’une telle réalité, refuser à ce point un drame sociétaire dont j’ai conscience, purée quelle baffe de cowboy je me suis mis là !!!!

Alors, pour me « dédouaner » un chouia, bah je fais un post… peut-être les dieux de l’internet et de la communication me pardonneront ils mon manquement grave…

Physique, psychologique, verbale, émotionnelle, sexuelle, économique … la violence se manifeste sous des aspects très variés.

· Ainsi, une femme peut être atteinte dans son intégrité physique : gifles, coups de poings, coups de pieds, sévices, strangulations. Son conjoint peut avoir recours à tout objet lors de l'agression : brûlures par cigarette, coups portés au moyen d'une ceinture, utilisation ou menace d'une arme telle que couteau, fusil, outils, etc.

· Mais la violence conjugale peut également consister à dénigrer, humilier, dégrader la femme dans sa valeur en tant qu'individu ou se manifester par des attaques verbales, des scènes de jalousie, des menaces, un contrôle de ses activités, des tentatives pour l'isoler de ses proches et de ses amis pouvant aller jusqu'à la séquestration.

· Il peut arriver que la femme ait à subir des relations sexuelles sans consentement et/ou sous la contrainte, éventuellement accompagnées de brutalités physiques, d'insultes, de scénarios pornographiques humiliants, voire de viols collectifs.

· Enfin, peut s'exercer une violence de nature économique, entraînant pour la femme une privation de moyens ou de biens essentiels, un contrôle ou une spoliation, parfois même lorsque la femme a une activité rémunérée.

Dans le texte ci-dessus seule la femme est donnée en exemple, car elle représente la majorité des victimes de violences conjugales, mais je trouve tout aussi criminel un homme victime et bien plus encore les enfants...

L'impact économique des violences dans le couple n'avait jamais été mesuré. Pour la première fois, deux chercheurs du Centre de recherches économiques, sociologiques et de gestion (CRESGE) viennent de remettre une estimation financière au ministère de la Cohésion sociale et de la Parité : les violences conjugales coûtent chaque année environ un milliard d'euros à l'État.
Pour en arriver à ce résultat, les auteurs de l'étude ont évalué à plus de 380 millions d'euros les coûts médicaux - hospitalisations pour fractures, problèmes pendant la grossesse ou consommation de psychotropes. Ils ont ajouté à ces frais le prix du traitement policier et judiciaire des affaires (232 millions) et celui de la prise en charge des victimes par l'État. Le « coût humain » des violences conjugales - décès évitables, handicaps à la naissance - a enfin été estimé à 305 millions d'euros environ. «Il ne s'agit que d'une estimation à minima », précisent les économistes, qui n'ont pas mesuré le coût des violences psychologiques. Une évaluation plus précise, attendue l'an prochain, permettra, selon le ministère, de « mieux allouer les crédits destinés à la prévention ». En 2006, une femme est tombée tous les trois jours sous les coups de son compagnon, a par ailleurs annoncé Catherine Vautrin, ministre délégué à la Cohésion sociale et à la Parité. Au total, 113 meurtres (94 femmes et 19 hommes) ont été commis dans l'intimité conjugale, selon les données recueillies par les services de police et de gendarmerie au cours des neuf premiers mois de l'année. Dix enfants tués en 2006
Ce résultat demeure moins élevé que les chiffres fournis par l'Observatoire national de la délinquance, qui a conclu, au terme d'un calcul méthodologique différent, à une mort tous les deux jours en 2006. L'étude livrée hier révèle que trois morts, parmi les 113, ont été recensées dans des couples homosexuels. Mais aussi que la violence conjugale fait d'autres victimes dans le cercle familial : dix enfants ont été tués en 2006 et 26 adultes se sont suicidés après avoir commis leur meurtre. Dans 47 cas, le couple était séparé ou en voie de rupture.
« C'est un fléau qui touche tous les milieux », a aussi noté le ministre hier, avant d'annoncer de nouvelles mesures pour 2007 : numéro d'appel unique et accès au logement social facilité pour les victimes de violences, renforcement de la lutte contre la récidive pour les auteurs.
Dix courts-métrages, réalisés par Zabou Breitman, Emmanuelle Millet, Coline Serreau ou Patrice Leconte, seront diffusés sur les chaînes de télévision et au cinéma à partir du 25 novembre, date de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes.
Catherine Vautrin espère surtout, a-t-elle expliqué hier, faire des violences conjugales la « grande cause nationale » de 2008.

Source Le Figaro du 22-11-2006

Vidéo d'1 min là

4 commentaires:

Claudiogène a dit…

C'est toujours un peu agaçant, ce manichéisme-là.
Même si globalement c'est dans une moindre mesure, certains hommes sont aussi victimes des mêmes choses.
C'est toujours insupportable pour moi cette sorte de généralisation, cette image des hommes.
On me fait remarquer, ici et là, qu'une "nouvelle génération" s'approcherait plus, dans ses comportements, de celle qui m'a précédé. Vraiment, je ne parviens pas à l'imaginer, tant information et connaissance devraient tendre à évoluer vers plus de civilités.
En revanche, je trouve que l'image des femmes, surtout des jeunes filles, dans certains films, certaines pubs, qui se pâment devant les hommes, quémandant leur regard, leur attention, n'aide pas à les faire respecter par ceux-là.
Bon, je fais court pour ne pas finir ringard.

Sijavéssu a dit…

Manichéisme? vous m'en faites un bel exemple là pour le coup...
C'est UNE FEMME qui meurt tous les 3j pas un homme... si c'était le contraire je parlerai du problème exactement de la même façon... Mais vous avez raison, déplaçons le pb et oublions le très vite...
Quant aux pubs et autres supports médiatiques qui n'aident pas ces pauvres hommes à respecter l'être humain qu'est la femme (accessoirement) c'est un peu facile et carrément indécent de dédouaner des actes criminels par de pseudo influences... des violents, il y en a toujours eu... et le fait est qu'aujourd'hui en 2007, la violence est la 1ère cause de mortalité féminine... c'est un constat... et c'est alarmant... affolant... que dire de plus...?

SijteMéUnPainSpaMaFoteCéLaTivi

Claudiogène a dit…

En tous cas, moi, j'ai jamais tapé sur personne et je sais que certaines femmes sont aussi capables de frapper.
Donc, comme toujours, je pense qu'il faudrait dire que les violences conjugales, puisqu'on parle de ça, ne sont pas acceptables quel que soit le sens.
On nous bassine à longueur d'années avec les discriminations. Pas le droit de spécifier le sexe dans une offre d'emploi, de ne louer qu'aux français etc. etc. et on se permet de ne parler QUE de la violence faite aux femmes.
Bon. Sujet clos pour moi, car je vois qu'il très sensible chez vous. Nous nous sommes exprimés et c'est l'essentiel.

Sijavéssu a dit…

oui je parle essentiellement de la violence faite aux femmes et qui en meurent, vous avez les chiffres dans le post à savoir 94 femmes pour 19 hommes... alors oui je me "permets" de parler de cette majorité là... c'est marrant comme l'égalité homme-femme ne refait surface que pour certains sujets... même chez des gens dits "intelligents"...
Jorépavnu